top of page

PETITE HISTOIRE

DU

TARTAN DES LOUPS DE GLENCOE

TARTAN LOUPS 1 REDUC.jpg

Assemblage constitué d’après original fichier SRT

Il était une fois trois amis, propriétaires terriens en Écosse dans la vallée de Glencoe.

 

Ils commencèrent à parler, parler… puis créèrent Le Clan des Loups de Glencoe en référence à leurs terres… et à l’histoire mouvementée de la Vallée...

 

La suite, vous la connaissez puisque vous nous avez rejoints…

 

Mais le tartan ?

 

Il existait autrefois un très beau tartan à dominantes vertes et rouges dont le décalé des carrés de laine faisaient toute son originalité. Le seul renseignement que nous avions alors était qu’il était très ancien, qu’un morceau avait été trouvé dans la vallée et qu’on l’avait appelé par défaut le tartan Mac Donald de Glencoe, sa date d’inscription dans le SRT était le 1er janvier 1950.

 

Au solstice d’été de l’an 2021, nous avions évoqué la possibilité, pourquoi pas, compte tenu de son ancienneté, car il n’était porté par aucun clan, que nous pourrions éventuellement l’adopter et demander à ce qu’il soit retissé par un professionnel connu de l’un d’entre nous.

 

Nous avons donc procédé  à quelques investigations et décidé de se servir de ses couleurs et de son tissage pour en faire nos fonds de supports visuels comme notre clan Crest badge.

 

Des contactes furent pris avec le tisserand qui nous envoya un visuel ; visuel que nous vous avons présenté lors de notre journée anniversaire de Samain le 31 octobre 2021.

 

Tout allait bien dans le meilleur des mondes quand Laird Philippe-Jean eut la curiosité d’aller sur le site du SRT. Ultime précaution pour s’assurer des termes descriptifs, pour revenir aux sources de nos visuels ou intuition ? Inutile de lui demander pourquoi, il serait bien en peine de vous le dire.

 

Il serait abusif de dire qu’il connaissait le texte par cœur mais confondre la date du 1er janvier 1950 avec celle du 1er janvier 1740, Non, ce n’était pas possible.

 

D’autant que le nouveau texte car il s’agissait bien d’un nouveau texte mentionnait deux personnages importants, le tisserand qui avait cardé, filé, teint et tissé le tartan dans les années 1740, loin, bien loin de l’effet de mode qui devait déferler dans toute l’écosse 70 ans plus tard et mené par Sir Walter Scott en personne.

 

Un véritable engouement pour tous les écossais qui virent là l’occasion de reconstituer, si ce n’est dans leurs anciennes grandeurs et organisations, l’opportunité vestimentaire de l’unité de leurs clans.

 

Et donc deuxième personnage important, son arrière petite-fille, Mary. A. Rankin, qui en 1939, soit 200 ans plus tard, remis au musée de Fort William ce fragment de tartan pieusement caché et conservé dans la famille pendant tout ce temps

 

Il convient de se remémorer les lois anglaises d’alors qui réprimaient très durement le port du kilt et de tous éléments vestimentaires qui pouvaient rappeler les armées catholiques et royales écossaises menées par Bonnie Prince Charly en 1745 et 1746.

 

La défaite jacobite laissa le champ libre aux Anglais qui n’hésitèrent pas à promulguer des lois cherchant à annihiler le mode de vie écossais.

 

Ainsi, le Dress Act de 1746 interdisait le port du tartan et de la highland dress.

 

Toute personne portant le tartan risquait ainsi 6 mois de prison et l’envoi vers les colonies en cas de récidive.

 

L’interdiction de porter les armes fut renforcée.

 

La cornemuse fut interdite.

 

L’autorité des chefs de clan fut supprimée et le gaélique écossais interdit.

 

Cette loi fut abandonnée en 1782 mais a porté un coup très dur à la culture écossaise et ajouta à la rancœur que le peuple écossais portait déjà envers les Anglais. 

 

Mais revenons à nos moutons,

 

Issue d’une vieille famille de Glencoe dont on dit que le premier à mourir lors du massacre du 13 février 1692 fut un Rankin, John Rankin « fabriqua » ce tartan..

 

Mais alors pourquoi ce tartan porte-t-il aujourd’hui le nom de Mac Donald de Glencoe ?

 

Dans les années 1970, l’entreprise de tissage D.C. Dalgliesh Ltd a tissé un tartan qu’elle a appelé MacDonald of Glencoe (planche 1). On ne sait s’il s’agit d’une commande spéciale ou s’il s’agissait de l’un des motifs de stock de l’entreprise, mais le motif a ensuite été ajouté par la société House of Edgar à leur gamme de couleurs mutées (planche 2).

TARTAN LOUPS 2.jpg

Planche 1. MacDonald de Glencoe.
D. C. Dalgliesh SA

TARTAN LOUPS 3.jpg

Planche 2. MacDonald de Glencoe.
Maison d’Edgar

Ces versions modernes sont cependant basées sur les archives d’un spécimen de la collection du West Highland Museum (WHM), Fort William.

 

Selon le rapport annuel de ce musée pour l’année 1939, il est attesté que le tartan est répertorié comme « Morceau de vieux tartan dur1 »,filé, tissé et teint par John Rankin, Glencoe, il y a environ 200 ans. Présenté par son arrière-petite-fille, Mlle Mary A. Rankin, Glencoe. Sur la base de cette histoire, le spécimen est daté de 1740


 

Les MacDonald ont longtemps été associés à Glencoe, Les Mac Donald Mac Iain de Glencoe sont tristement célèbre dans cette vallée, de même que les familles Henderson et Rankins, mais moins connues.

Alors, un tartan de la grande famille des Mac Donald ou bien des Mac Iain de Glencoe ?

Que nous dit la synthèse des analyses techniques de l’échantillon conservé au Musée ?

Et bien pas grand-chose car aucune analyse de colorants n’a été effectuée sur la pièce, mais il est vraisemblable que si elle était testée, que les colorants seraient ceux généralement utilisés dans le tartan rural du 18ème siècle; cochenille et indigo pour les rouges et les bleus, indigo et une source jaune inconnue pour le vert.

Et bien, pour faire court et surtout non soporifique, je vous renvois aux autres considérations techniques décrites sur ce lien : MacDonald-of-Glencoe.pdf (scottishtartans.co.uk)

Cela étant je reste sur ma faim, alors, en fin de compte, Mac Donald ou pas Mac Donald ?

Hors de question d’ouvrir les tombes et d’interroger les morts de Culloden ou de Glencoe  pour procéder à des études comparatives et en savoir plus !

Alors faute d’investigations archéologiques autorisées, nous devrons nous contenter de la bonne foi d’une famille fidèle au souvenir d’un ancêtre.

Selon la tradition familiale, cette pièce a été filée et tissée vers 1740 par John Rankin de Glencoe et transmise dans la famille jusqu’à ce qu’elle soit donnée au WHM en 1939.

La qualité de la filature et du tissage du spécimen étudié, ainsi que l’inclusion d’une marque de bord à chevrons, permettent une datation au milieu du 18ème siècle.

Rappelons donc en guise de conclusion qu’ aucune preuve définitive n’établit que la pièce a un lien direct avec les Mac Donald de Glencoe et le nom du tartan semble bien être une dénomination commerciale de D. C. Dalgliesh Ltd vers 1970.

Malgré cela, Mac Donald de Glencoe sera le nom sous lequel il restera définitivement connu.

Nous ne contesterons donc pas, avec flegme, comme nos amis écossais, ce qui est aujourd’hui presque une légende, en tout cas une tradition en devenir que nous honorerons à notre façon en portant de nouveau les kils, plaids, étoles et châles de ce célèbre tartan Mac Donald de Glencoe.

Je terminerai là par des remerciements sincères adressés à Peter Mac Donald auteur des recherches sans qui cette histoire n’existerait pas et à Mary. A. Rankin pour avoir légué en son temps ce trésor de famille au WHM pour la postérité.

Pour en savoir plus sur Peter Mac Donald :

https://www.facebook.com/Peter-MacDonald-Tartan-Historian-318353548605372

Laird Philippe-Jean

co-aoisean

de chinneadh madadh-allaidh na Glencoe

PJP  reduc.png
bottom of page